Vous connaissez forcément pas loin de chez vous, un brasseur qui se lance. Et pour cause, depuis le début de l'année 2018, c'est plus de 3 brasseries qui voient le jour par semaine !
 

Mais cette évolution impressionnante est mesurée depuis quelques années déjà, et la bière artisanale s’invite de plus en plus souvent dans nos verres.

C’est bien normal ! La qualité des bières (presque toujours…), l’originalité et la multitude des recettes nous séduisent. Ce que l’on aime aussi c’est savoir que le produit a du sens et a été fait localement.

SAUF QUE aujourd’hui la majorité de la production de houblon est située entre 43 producteurs Alsaciens, 8 producteurs dans les Flandres. Ces quelques 800 tonnes de houblons traditionnels visent plutôt les brasseries industrielles et 70% partent à l’export. Ce qui reste sur le marché français est réparti entre les grandes brasseries et quelques artisans brasseurs chanceux qui ont réussi à obtenir un contrat.

Du coup aujourd’hui on estime que 80% du houblon utilisé par les artisans brasseurs est importé. Alors que 2 brasseurs sur 3 souhaiteraient avoir accès à du houblon local ou français. La plupart des houblons sont achetés aux États-Unis, en Australie, au Royaume Uni … Ces pays ont fait un travail de sélection sur certaines variétés de houblon ultra aromatiques (Citra® , Amarillo®, Mosaic® par exemple) et proposent actuellement une qualité aromatique hors norme !

En réponse à ça, une quinzaine de projets de houblonnières indépendantes voient le jour depuis trois ans et un peu partout en France. Mais attention ! Même si la majorité des micro-brasseries sont intéressées par une production plus durable et locale, ce dont elles ont avant tout besoin c’est d’un houblon de qualité ! D’où l’importance de travailler en filière, pour que producteurs et brasseurs se comprennent.