Le houblonnage de la bière : la technique du Dry Hopping

houblonnage a froid

Le houblon est l’un des 4 ingrédients nécessaires à la fabrication d’une bière, avec l’eau, le malt et les levures. C’est ce qui va permettre l'assaisonnement de la bière et qui transforme un moût sucré en une boisson pimpante, délicatement amère et aromatisée, lorsqu’il est intégré sous forme de cônes (frais ou secs), de pellets ou encore d’extraits. À noter que quelques grammes suffisent !

Les flaveurs florales, d’agrumes, épicées ou fruitées ne sont que quelques-uns des arômes rendus possibles par les différentes variétés de houblon. De nombreux styles de bières sont aujourd'hui brassés pour proposer des saveurs de houblon très spécifiques. Il existe un large panel de variétés de houblon (Aromatiques ou amérisants) qui offre aux brasseurs une très grande liberté dans l’élaboration de leurs recettes.

Vous l’aurez compris, le houblonnage est une étape essentielle dans la réalisation et la réussite d’une bière, à condition de savoir s’y prendre.

Le houblon n’aura pas le même impact sur le mélange, selon l’étape durant laquelle il sera ajouté, certain l’intègre au début du processus, d’autres à la fin, ou encore en plein milieu. Il est primordial de connaître toutes ces techniques de houblonnage, afin de proposer la meilleure expérience possible (vous pouvez toutes les retrouver ici).

Le Dry Hopping


Le dry hopping (DH) ou houblonnage à cru, est probablement la méthode la plus connue.

Elle consiste à ajouter les pellets après le brassage, directement dans la cuve de fermentation (en début ou en fin, selon le brasseur), afin d’extraire uniquement un maximum d'arômes du houblon.

Etant donnée que cette opération se déroule à froid (10/14°), le houblon n'apporte aucune amertume à la bière et confère des arômes qui sont habituellement perdus pendant l'ébullition grâce à la diffusion des huiles essentielles dans le mélange.

En effet, l’amertume de la bière est apporté par l’isomérisation des acides alpha, qui sont les résines amères du houblon. Peu solubles, elles doivent être isomérisées par la chaleur pour se mélanger pleinement dans le moût. Aussi appelés plus communément, iso acides alpha.

C'est le taux de concentration en acide alpha qui est responsable de l'amertume du houblon, plus sa concentration est forte, plus le houblon sera qualifié de 'amérisant', au contraire, plus elle est faible, plus on aura un houblon dit “aromatique”.

Il est beaucoup plus intéressant pour le brasseur, de faire une extraction des huiles essentielles à froid, car lors du brassage “ à chaud “, beaucoup de composés aromatiques vont s’altérer et s’oxyder pendant le processus.

C’est généralement une technique utilisée pour les IPA, car elle fait ressortir des notes florales et de fruits tropicaux, beaucoup plus proches du cône frais.

Fermentation primaire ou secondaire ?

Le dry hopping peut être utilisé lors de la fermentation primaire ou secondaire (ou les deux, nous verrons cela juste après).

Si dans les deux cas, il permet d’extraire les huiles essentielles du houblon, sans pour autant augmenter l'amertume, les effets sont limités dans le cas de la fermentation primaire. En effet, cette étape étant assez intense, une partie conséquente de ces huiles, et donc des arômes, va s’enfuir avec le dégagement de CO2.

Il est alors plus intéressant d’attendre la seconde fermentation, afin d’avoir un houblonnage à cru plus long et moins agité, et donc d'extraire beaucoup plus de flaveurs.

Il est conseillé d'utiliser un sac à houblon stérilisé ou une “chaussette “ pour le trempage des houblons qui dure en moyenne 4 ou 5 jours. Chez HOPEN, nous vous conseillons d’utiliser du pellet, car il a l’avantage de se diffuser beaucoup plus rapidement. Il est en revanche plus difficile à récupérer que le cône.

Double Dry Hopping


Afin de proposer des IPA ou des doubles IPA toujours plus aromatiques, les brasseurs ont parfois recours au double dry hopping (DDH). Il s’agit d’incorporer du houblon pendant la fermentation primaire mais également pendant la fermentation secondaire, ou encore deux fois consécutivement durant cette dernière.